mardi 8 septembre 2015

126. T'as de la chance, toi au moins, tu galères pas avec la pilule !

Oui, c'est une chance de ne pas galérer avec la pilule, surtout quand de toute façon on ne la prendrait pas, justement parce qu'on essaye de concevoir !

Je crois quand même, qu'il vaut mieux galérer avec la pilule plutôt que :
- se taper des allers-retours quotidiens vers le centre PMA pour les contrôles échographiques et prises de sang.
- devoir faire preuve d'une imagination sans borne pour essayer de ne pas impacter nos horaires de travail à cause de tous ces contrôles.
- passer notre temps à calculer, vérifier, s'abstenir, se forcer…
- avoir le ventre (ou les cuisses) tellement troué et couvert d'hématomes qu'on se demande où on va bien pouvoir piquer les prochaines fois.
- écarter les cuisses devant des inconnus encore plus souvent qu'une prostituée, sauf que nous on fait ça gratuitement..
- commencer sa journée en rencontrant des gens souvent déshumanisés et antipathiques.
- être autant gavée d'hormones qu'un poulet en batterie (et avoir du coup, vraiment l'impression d'être une poule qui produit des œufs, qui couve et – si elle a de la chance – qui pond !)
- avoir une mine de déterrée à cause des traitements et de tous les effets secondaires qui en découlent.
- être jugée constamment par notre entourage.
- ne prendre aucun plaisir pour faire un bébé, alors que pour les autres, c'est normalement le 7ème ciel !


Ouais, on a trop de la chance de ne pas galérer avec la pilule...


4 commentaires:

  1. Les allers-retours, ben j'en ai bouffé, mon centre est à 1h de chez moi.*
    Concilier travail / PMA, c'est pas facile facile tous les jours.
    Le coup des bleus me rappelle mon esthéticienne me disant "oulala !! c'est quoi tout ces bleus" moi "des piqures", elle a eu la délicatesse de ne pas me demander pourquoi...
    Écarter les cuisses, c'est vrai qu'il ne vaut mieux pas être pudique... lol
    Pour les gens pas sympa, je n'ai pas eu ce problème, je trouve mon centre assez cool et à force c'est presque comme si on se connaissait.
    Pour le gavage, j'avais jamais pensé à me comparer avec une poule de batterie mais c'est tout à fait vrai !!
    Pour la sale tronche, là je me reconnais.
    Juger, ben évidement parce que c'est de ma faute "j'y pense trop... pffffff"
    Monter au 7ème ciel : ah ben non plus, anesthésie, douleur, gonflement

    Et pourtant malgré tout ça, je m'estime très chanceuse car après 4 inséminations et 2 FIV, nous avons eu la chance que la 2eme fonctionne, je suis enceinte de 3 mois et je savoure chaque instant de cette grossesse...



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on a ce type de parcours on vit la grossesse à fond et même certains désagréments passent plus facilement ;)

      Supprimer
  2. Marrainelabonnefée8 septembre 2015 à 16:03

    c'est sûr que c'est 1000 fois moins chiant de devoir se mettre un spray trois fois par jour dans le nez à heure fixe que de prendre un petit comprimé tous les jours, idem pour les piqures à heure fixe

    RépondreSupprimer
  3. C'est tout à fait ça !! On peut également rajouter notre humeur en dent de scie à cause des hormones et des échecs répétés... La pma est derrière moi mais pas depuis longtemps et je pense que c'est une période que je vais avoir du mal à oublier....

    RépondreSupprimer