mercredi 15 avril 2015

113. Moi, j'ai prévu de concevoir notre enfant en septembre pour accoucher en juin !

Nous aussi, autrefois, c’était notre idéal,
D’agencer notre calendrier coïtal.
Comme toi, jadis nous rêvions qu’au mois de juin,
Un petit bébé nous aurait vite rejoint.

Hélas…

Le bon mois de septembre fut achevé,
Emportant avec lui, l’automne aux fleurs fanées.
Comme les arbres dans un désert aride,
Mon ventre se trouva entièrement vide.

Le charmant mois de décembre s'en est allé,
Puis l'hiver avec son grand manteau blanc nacré.
Les fêtes de fin d'année, lourdes de chagrin,
Sous notre sapin, toujours pas de chérubin.

Le beau mois de mars à son tour fut terminé,
Suivi du printemps et tous ses couples formés.
Selon la nature, c'est la saison propice
Pour faire un bébé, même pour des novices.

Le doux mois de juin, comme les autres est passé,
Annonçant l'échec, jusqu'à la fin de l'été.
Les mois s'écoulent et jamais rien ne se passe,
Dans mon corps inhabité, reste trop de place.

Aujourd'hui, quel que soit le mois ou la saison,
Je veux juste avoir moi aussi, un ventre rond.
Pour nous, il est impossible de le prévoir,
Encore faudrait-il, simplement le pouvoir…  


7 commentaires:

  1. Pas mal ce poème j'adore et ça définit ce qu'on ressent quand on essaye et que ça marche pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fred. Je me suis exercée à la poésie pour cet article, ça change...

      Supprimer
    2. Oulala !! J'en pleure

      Supprimer
  2. Alors là, je reste sans voix. Je trouve parfois les sujets un peu "crus" mais là... Je crois que je vais le faire lire à mon entourage. Tu as mis les mots justes sur ce que je ressens. Bravo pour ce magnifique poème !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      C'est vrai que je suis assez "crue" parfois, et c'est un choix volontaire de ma part.
      Ravie que ce moment de douceur te plaise. N'hésite pas à le partager, c'est fait pour ;)
      Bises

      Supprimer
  3. Après une fausse couche l'an dernier en décembre et certains membres de ma famille m'accusant gâcher Noel, ce poème vient me chercher. Je suis enceinte de nouveau et à par les ''en espérant que celui là reste jusqu'au bout'' que je n'ai pas envie d'entendre, le fait que je sois dû pour décembre est inconvenant. Trop de membre de la famille nés ce mois là, dont moi-même et en plus je vais gâcher l'organisation de Noel. Au finalement, quand on a des problème à concevoir on s'en fiche du moment au ça fini par arriver ou du moment de l'année qui arrive. Chaque saison est un rappel du temps qui passe et de ce qu'on a pas... Vraiment touchant et réfléchi ce poème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment.
      (Et félicitations pour cette nouvelle grossesse en cours. Cela sera un merveilleux cadeau de Noël, voire même, le plus beau)

      Supprimer