lundi 9 décembre 2013

39. Ce n’est pas grave si tu ne peux pas me donner de petits-enfants : ton frère m’en a déjà fait trois !

Si c’était ma maman qui avait osé cette remarque, je serais désormais orpheline, y a pas de doute possible !

J’éprouve beaucoup de peine (et d’admiration) pour cette femme qui a serré les dents (sans devenir une meurtrière) en se prenant cette phrase en pleine poire…
Je le sais pourtant, que la connerie n’a pas de limite… Mais là, c’est le pompon !

Franchement, chers parents d’infertiles, vous pensez vraiment, mais vraiment, qu’on décide de faire nos enfants POUR VOUS ?

Et puis, ce n’est pas parce que vous êtes consolée d’être mamie au moins une fois que cela nous console de ne pas être maman une seule fois !


7 commentaires:

  1. Phrase malheuresement pour moi déjà entendue 2 fois, quand ma belle soeur et quand ma soeur ont annoncé leurs grossesses. Cette phrase à été suivie d'un grand blanc et de quelqque semaine d'abscence pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une des pires phrases que l'on puisse entendre (à mon goût).

      Supprimer
  2. perso, j'ai eu droit à l'inverse : ma belle-mère m'a dit en pleurant (ben oui, parce que c'est à moi de la consoler, normal) "tu te rends compte, je ne serai jamais grand-mère!"...
    je n'ai pas pu m'empêcher de lui répondre qu'elle au moins a réussi à être mère 3 fois, alors que moi je ne le serai peut être jamais...

    RépondreSupprimer
  3. Elodie Camus (Vita Nuova)11 décembre 2013 à 21:58

    Ah mais c'est la phrase que nous nous sommes prise en plein poire par la mère de mon mari ... Oui j'avoue j'ai serré les dents sans faire de meurtre mais si j'avais pu ...
    4 mois que nous n'avons plus de son plus d'image nous sommes bien tranquille de ce côté là :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais fait pareil... A un moment, faut savoir se protéger un minimum...

      Supprimer
  4. Merci pour ce blog.
    J'y retrouve beaucoup (trop) de répliques que j'encaisse depuis maintenant plus de 12 ans.
    Et cette phrase assassine, je l'ai eue de ma belle-mère, avec qui j'ai définitivement coupé les ponts (et mon mari aussi).
    Courage, courage, même si le manque de tact de nos pairs me rend de plus en plus sauvage avec le temps.
    Encaisse et souris, mais dur dur ...
    Je me permets un petit texte que je lui ai écrit, car il paraît qu'il faut parler à celui qui ne vient pas :
    A toi

    A toi que je ne connaîtrai peut-être jamais
    A toi qui me manques chaque jour
    A toi qui me permets de rester forte malgré les embûches de la vie
    A toi qui m'attends quelque part ... mais où ?
    A toi que je réclame, que j'appelle en silence
    A toi que j'aimerais tant serrer dans mes bras
    A toi qui fais un peu partie de moi, de mon histoire
    A toi à qui j'écris sans savoir si tu liras un jour ces mots

    Je suis si triste en dedans
    Mon coeur est bien lourd sans ta présence
    Mais il continuera tout de même de battre
    En gardant l'espoir de te voir

    Comme je l'avais écrit un jour :
    Envie de toi que j'attends depuis si longtemps

    Je suis heureuse de t'avoir fait vivre un instant
    A bientôt, peut-être

    Merci de m'avoir lue ...
    Courage et grosse pensée pour vous.

    RépondreSupprimer